Le SNAPS a été enfin reçu par « son » secrétaire d’État ce 1er février pour sa seconde audience en deux ans !

Rencontre qui débute mal quand notre interlocuteur prétend, sur fond de désaccord sur la gestion des effectifs, mieux connaître que nous l’état de « son » ministère… avant même le moindre échange d’arguments.

Le SNAPS a fait monter la tension, en rappelant quelques vérités, afin d’imposer un dialogue sur un sujet qui fâche…

Beau joueur, T. Braillard a finalement reconnu que le débat avait été « viril, mais correct » et ouvert quelques portes en matière de sortie de l’usine à gaz des formations !

Flash_Infos_16_02