Ministère des sports – Jeudi 14 fevrier 2019

Présents : Laurent Cellier conseiller social de la ministre, Gilles Quénéhervé directeur des sports, Frédéric Sanaur préfigurateur de l’Agence, Marc Oberlis conseiller du directeur des sports, Mathilde Gouget DG par intérim du CNDS, Eric Ledos de la DRH des ministères sociaux et les organisations syndicales JS.

Laurent Cellier annonce que si la piste privilégiée est le rapprochement des services de l’Education nationale au sein d’un Pole éducatif et sportif, sous l’autorité d’un délégué JS avec échelons régional et départemental (et missions déclinées), il n’y a eu à ce jour aucun arbitrage de Matignon. Les réunions sont repoussées et cela passerait par une phase de reconfiguration des services, sous-entendu cela va prendre du temps.

Il en est de même pour les CTS : aucun arbitrage à ce jour. Il rappelle la lettre de cadrage du 1er ministre de juillet dernier.

Le SNAPS fait part de son indignation tant les inquiétudes et attentes sont très fortes. Nos collègues sont dans des situations très délicates depuis 6 mois, cela ne peut plus durer. Le SNAPS demande à ce que la ministre impose à Bercy et à Matignon le maintien du dispositif des CTS et fasse le forcing pour préserver son ministère, en situation plus que critique. Amputé de la moitié de ses effectifs il n’aurait plus lieu d’être. De même CAS, CTS et formateurs forment un bloc qui permet la respiration du système et qu’il faut absolument préserver. Nous demandons donc de ne pas faire de « vente à la découpe » du ministère, en affectant certains au CGO, d’autres en CREPS, d’autres à l’Agence, en ARS ou Direccte, etc. Il faut au contraire conserver des entités régionales JS fortes au sein des rectorats pour maintenir le ministère des sports.

Gilles Quénéhervé se veut rassurant et assure qu’une articulation est en train de se créer avec l’Agence ; « il y a des missions que l’Agence ne pourra pas faire ». Il annonce une phase de concertation à laquelle nous serons associés, mais c’est mal parti : elle démarre sans nous le 22/02/19 (!). Nous lui rappelons les travaux du groupe « Bouchout » qui viennent de se terminer avec des conclusions qui vont dans le sens de notre demande et qui ont duré plus de six mois.

Frédéric Sanaur répond aux multiples interrogations sur l’Agence, désormais prévue pour le 2 avril. La convention constitutive de l’Agence, « bleuie » en interne ce jeudi pourra nous être communiquée « si nous le souhaitons » (nb. nous la réclamons de longue date!). Le statut de GIP est confirmé. Il y a selon lui des garde-fous tels que l’agent comptable de l’Agence. Une 2e réunion interministérielle aura lieu après signature des membres fondateurs. Ils rencontrent 5 présidents de fédérations ce jeudi après-midi.

Mission FORMATION : G. Quénéhervé doit refaire un point avec la sous-direction et ce sujet sera à l’ordre du jour du prochain CTM. Nous demandons à être associés d’urgence aux travaux en cours.

Le SNAPS